Nucléaire

FUKUSHiMA ))))))))))))))))))))))))))))))))

Action ou dépression

 Wake-up call, c'est que dit la langue anglaise pour rendre compte d’un déclic, d’un électrochoc. C'est bien ce  qui nous est arrivé dès l'annonce de la catastrophe, le 11 mars 2011. C'est aussi ce qui nous a poussé à nous fédérer et entrer en activité. Comme un volcan solidaire. Main dans la main  nous avons décidé d’agir dès 2012 pour ensuite occuper des ronds-points, des ponts d’autoroute comme d’intermittentes sentinelles qui rappellent que l’urgence climatique nous enjoint de stopper définitivement l’énergie nucléaire.

Quelques témoignages

"L'annonce de l'accident de Fukushima me prend à la gorge. Je téléphone à mes amis à Tokyo. Personne. Je me rappelle mon voyage au Japon en 1987 pour compléter ma formation d'acupuncture. Des collègues devenus au fil des ans mes amis. Aucun ne répond au téléphone. Cinq jours de silence sans autres nouvelles que l'inéluctable fusion des cœurs des réacteurs 1, 2 et 3, jour après jour. Un cauchemar. Exilée d'Allemagne et vivant en Ardèche dans la zone française la plus nucléarisée au monde, je reçois un électrochoc. Je me dis : "demain, c'est nous !", confie Christine Hasse qui sans attendre initie le montage de la première chaîne humaine de Lyon à Avignon du 11 mars 2012.

"Quelle horreur ! Comment l'humanité peut-elle en arriver là ? N'aurions-nous pas pu anticiper un tel scénario ?", s'indigne Elisabeth Jousse qui a rejoint les grandes chaînes humaines dès 2012.
 

Nos voisins lointains 3.11


Depuis 2012, nous sommes en contact régulier avec l'association Nos voisins lointains 3.11, basée à Grenoble. Par son entremise nous avons accueilli en 2017 des familles japonaises. L'association relaye, entre autres, les informations d'un BLOG entièrement consacré à la catastrophe nucléaire nipponne, à ses répercussions locales et internationales.

Nous tenions à signaler l'existence des 100 femmes de Fukushima qui se sont mobilisées  dès le mois d'octobre 2011 pour tenter de  sauver leurs enfants et alerter le monde entier pour que l'énergie  nucléaire soit définitivement bannie mondialement. Enfin, Ruiko MUTO, habitante de Fukushima publie régulièrement des états des lieux de Fukushima ainsi que des vidéos et messages soulignant les mesures prises par le gouvernement concernant le site. Médiapart et LA CRIIRAD relayent ses interventions et l'actualité de Fukushima.

FESSEINHEiM)))))))))))))))))))))))))))))))

La doyenne des centrales nucléaires françaises vient d'entamer son inexorable arrêt. Dans la nuit du 21 au 22 février 2020, elle a subi l'arrêt de son premier réacteur. L'arrêt du second réacteur interviendra en Juin 2020. Mise en service en 1977 dans le Haut-Rhin, l’État vient mettre un terme à ses 43 années de service. Cette mesure du  gouvernement d'Emmanuel Macron s'inscrit dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015, une mesure qui se concrétisera par la fermeture d’ici 2035 de 14 réacteurs sur les 58 que compte le territoire français.

Fessenheim enclenche donc un cercle vertueux qui devrait amener la France à réduire sa part du nucléaire à 50 % à l'horizon 2025.

Ci-DESSOUS, le magazine L'Express décrit l'arrêt de Fessenheim en 5 points

 

 

Nous savons que le démantèlement d'une centrale nucléaire est un processus complexe qui s'étale sur plus de 20 ans.  Mais pourquoi au juste ? Que se passe-t-il lorsque qu'un gouvernement déclare l'arrêt d'une centrale ?

C’est pas Sorcier, le magazine télévisuel de vulgarisation scientifique de France 3 nous apporte les réponses les plus concrètes en la matière. En effet, l'équipe du très pédagogue Jamy Gourmaud nous explique tout sur la radioactivité. Comment elle est générée par l’activité nucléaire, que deviennent les déchets nucléaires et dans quelles catégories entrent ces déchets. Leur durée de désintégration en fonction de leur classement : à vie courte (de 30 à 300 ans) et à vie longue (2,15 million d’années). Ensuite viennent le compactage des déchets, leur stockage, leur expédition à Soulaines ou Morvillier, dans l’Aube ou les centres d’entreposage de Marcoule dans le Gars ou de La Hague, dans la Manche. Enfin l'équipe nous explique comment se passe la phase de traitement de ces déchets...

Attention ce document date un peu. Par exemple, il ne mentionne pas le site du village de Bure, dans la Meuse, véritable "poubelle nucléaire", tel que décrit par France Culture.

CI-DESSOUS, Que faire des déchets nucléaires ? (vidéo de 26mn)

 

 

TRICASTIN)))))))))))))))))))))))))))))))

Le site nucléaire se déploie sur une surface, de 600 hectares. Il s'étend sur quatre communes de la Drôme et du Vaucluse.  En  2017, l'Agence de Sureté Nucléaire (ASN) ordonne la mise à l'arrêt provisoire des 4 réacteurs du Tricastin. La raison :  un risque de rupture d’une partie de la digue du canal de Donzère-Mondragon en cas de séisme.

le 30 mai 2020, nous rejoignons une vingtaine d'associations pour une grande action coordonnée qui aura lieu à Paris, Lyon et à Montélimar pour exiger l'arrêt de la centrale qui vient atteindre ses quarante années de fonctionnement.